Centre d’Appui aux Services de Médiation de Dettes
de la Région de Bruxelles-Capitale

Dans quelles conditions peut-on bénéficier d’un avocat gratuit ou à prix réduit ?

Voici un schéma reproduit avec l’aimable autorisation de l’asbl Droits Quotidiens à propos de l’accès à l’aide juridique pour bénéficier d’un avocat.
En suivant l’arborescence, vous pourrez établir si une personne peut profiter d’une intervention du BAJ (Bureau d’Aide Juridique) pour couvrir ses frais et honoraires d’avocat.

En principe une personne bénéficiant de l’aide « gratuite » devra tout de même payer un ticket modérateur de 20€ pour consulter un avocat et de 30€ pour chaque action intentée en justice.

Dans certains cas (en vert sur le schéma), la personne ne devra pas payer de ticket modérateur et l’aide octroyée permettra un accès totalement gratuit à un avocat. Il s’agit entre autres du mineur, de l’étranger pour demander l’asile, de la personne surendettée pour introduire un RCD, du bénéficiaire du CPAS, …

Mais nous attirons votre attention sur le fait qu’émaner d’une de ces catégories de personne avec un statut particulier n’est pas pour autant une garantie inconditionnelle d’accès à l’aide juridique. En effet, tous les revenus et ressources de la personne (à l’exception du mineur) seront pris en compte pour l’octroi ou non de l’aide. Ainsi par exemple, pour demander l’asile, le fait d’être étranger ne garantit plus d’office l’accès à l’aide gratuite : les revenus de la personne seront également examinés pour déterminer si la personne a droit à l’aide juridique.

En ce qui concerne le RCD

Contrairement à ce que de récentes rumeurs prétendent, la personne surendettée bénéficie toujours d’une aide juridique complètement gratuite pour introduire une procédure en RCD. Il ne faut donc toujours pas payer de ticket modérateur pour entamer cette procédure (même si cette hypothèse est sur le feu et pourrait malheureusement voir le jour prochainement). Par contre, une personne introduisant un RCD n’a seulement droit à la gratuité que pour la procédure en RCD. Les conditions devront être réexaminées pour toute autre procédure.

Exemples
  • Ainsi, si une personne introduit un RCD et en même temps introduit une procédure en divorce, il aura droit à la gratuité complète pour la procédure en RCD mais pas forcément pour celle en divorce : toutes les conditions devront être remplies pour pouvoir bénéficier d’une aide gratuite pour sa procédure en divorce, et le ticket modérateur pour cette procédure pourrait tout de même devoir être payé. Toutes les sources de revenus de la personne seront analysées et ne devront pas franchir un certain palier pour que la personne puisse bénéficier de l’aide juridique pour son divorce.
  • Dans l’hypothèse où une personne en cours de procédure en RCD voudrait introduire une autre procédure (gardons l’exemple du divorce), ce n’est plus l’entièreté de ses revenus qui seront pris en considération pour l’examen de la demande d’accès à l’aide juridique. Seuls les revenus qu’il disposera seront donc pris en compte : son pécule de médiation.

Notons par ailleurs que depuis la réforme de l’aide juridique, il ne reste actuellement que 6 ou 7 avocats « pro deo » inscrits au BAJ de Bruxelles pour les procédures en RCD. La charge de travail de ces irréductibles est donc considérable et l’accès à cette procédure pourrait en pâtir dans l’avenir.

Schéma aide juridique Droits quotidiens 2017